Nouveau défi d'écriture

collectifvirtuel-fenetres

Coronavirus et confinement...

Ces mots sont sur toutes les lèvres, sur toutes les fenêtres digitales, ils commencent même à gagner les messages publicitaires. Chacun·e vit les transformations du monde dans sa chair, avec plus ou moins de bonheur ; chacun·e réagit, avec plus ou moins de bonheur, aussi. Les projets culturels se partagent sur la toile en nombre : concerts en ligne, diffusion de textes et de films, lectures à voix haute, photos, chorégraphies... Si la situation inédite souligne les inégalités et les renforce, de nouvelles solidarités se créent.

Se relier par l'écriture

Plusieurs voix se sont faites entendre, au sein de ScriptaLinea. Et si on mettait en lien des écrivant·e·s des différents collectifs d'écrits ? Chacun·e contribuerait à un projet collectif d'écriture, dans le cadre commun de la crise sanitaire mondiale. Pour Sylvie Van Molle, qui anime désormais avec Isabelle De Vriendt ce collectif virtuel, il était important de laisser une trace de ce que chacun·e vit au quotidien, en ce moment, de le partager, par courriel, et par des textes artistiques, aussi. « Quand on est seul, ajoute-t-elle, même quand on est un 'solitaire', comme moi, on a besoin de voir des gens. Maintenant, on est en contact avec les autres via des machines, presque uniquement. Téléphones, Internet... Moi, je déteste ces intermédiaires, je préfère de loin le contact direct, quand c'est possible. » Pour Isabelle De Vriendt, créer un collectif virtuel, c'est saisir l'opportunité de s'arrêter, ensemble, sur le fonctionnement de notre société, et sur les questions qu'une telle situation amène, à un niveau personnel, national et mondial.

Un appel à participer

ScriptaLinea a dès lors invité toutes les personnes qui avaient déjà participé à un collectif d'écrits. « Il fallait toucher ceux et celles qui connaissaient déjà l'approche des collectifs d'écrits, de façon à ce que la spécificité d'un projet d'écriture en collectif soit claire pour chacun·e », explique Isabelle De Vriendt. Dans un premier temps, 28 personnes ont répondu à l'appel. « Oui, j’accepte de renouer avec vous, à l’occasion de la grande parenthèse spatio-temporelle ou spatio-dynamique où nous évoluons comme à tâtons. Oui, je veux bien tenter le coup d’une écriture de circonstance. ». D'autres soutiennent l'initiative sans y participer : « Pendant ces jours étranges, certains s'ennuient, d'autres (dont je fait partie) sont débordés car devant travailler en ligne avec en plus la garde H24 et 7/7 des enfants à la maison... A la fois sympa et débordant! ».

Un projet à construire ensemble

Le lien direct, « présentiel », comme certain·e·s le qualifient, cela a toujours été considéré comme la base d'un collectif d'écrits. A situation inédite, projet inédit : les participant·e·s du collectif virtuel contribuent aux réflexions communes par courriel, dès le début, et co-construiront ainsi le projet dans l'esprit d'éducation permanente. Ils et elles partageront leurs écrits d'abord en petits comités, avant de les mettre en commun pour élaborer une publication qui sera, nous l'espérons tous et toutes, l'occasion de se voir enfin, et de diffuser les textes, en automne, cette fois sans l'intermédiaire des nouvelles technologies, au moins pour les membres qui habitent en Belgique.

A tâtons

Pour ScriptaLinea, il est clair que les objectifs et les moyens doivent rester en phase avec les missions et les valeurs de l'association. Elles ne sont pas trop de deux, les accompagnatrices, pour élaborer les différentes étapes du parcours et pour mettre en place les outils numériques les plus adaptés, en étant vigilantes aux questions que cette nouvelle forme de collectif d'écrits peut susciter. Pour renforcer l'ouverture à l'autre, les sous-groupes d'écriture rassemblent des personnes qui ne se connaissent pas. La publication sera le résultat d'une maturation, de nombreux échanges entre les écrivant·e·s, d'un processus collectif auquel chacun·e contribuera ; elle apportera un regard décalé, réflexif, sur ce qui se vit aujourd'hui. Lors de la diffusion, chacun·e pourra également exprimer comment il ou elle aura vécu cette première expérience de collectif d'écrits virtuel.

Le virtuel comme partie du réel

Ignorer le moyen de se connecter par les nouvelles technologies, ç'aurait été dénué de sens, pour les membres actuel·le·s des collectifs d'écrits. Dans les parcours d'écriture portés par les adultes, les projets continuent, en virtuel, et les thèmes d'écriture se déclinent dans de nouveaux textes qui évoquent la crise sanitaire. Les accompagnateur·trice·s explorent de nouveaux outils en ligne, notamment du côté de l'open source. Néanmoins, ce n'est pas forcément simple pour tout le monde, et ici aussi, chacun·e pourra témoigner de ce passage obligé au numérique, lors des présentations publiques des recueils à venir. ScriptaLinea veillera aussi à tirer les enseignements, à son niveau, de la manière dont l'association a traversé cette période.